Lors du dernier conseil municipal, le 3 juillet dernier, Frédéric COURRENT, adjoint délégué aux Sécurités a présenté et fait approuver le Plan Communal de Sauvegarde, un document obligatoire pour permettre aux élus, aux services municipaux, aux citoyens, aux services de secours de faire face dans les meilleures conditions à toutes les situations de crise qui pourraient advenir.

Concrètement, le PCS est le maillon local de la sécurité civile pour permettre en toute circonstance la sauvegarde des personnes. Pour cela, il doit autant analyser les risques potentiels que les moyens existant pour y répondre, organiser l’alerte et le secours, définir les espaces à sanctifier et le rôle de chacun, coordonner les bonnes volontés avec les services institutionnels… C’est un document de plus de 400 pages qui doit être le plus exhaustif possible mais surtout constamment évolutif, mis à jour, enrichi des nouvelles données.

La sécurité des biens et des personnes sur notre territoire est une attente est une priorité de tous les jours ; pour les habitants, pour les élus et pour les services. Mais « quand on parle de sécurités, automatiquement on doit mettre un "s" à la fin du mot » explique Frédéric COURRENT « car on pense trop souvent seulement à la délinquance itinérante et sérielle, aux incivilités, à la vidéoprotection, aux effectifs de la police municipale mais il y a beaucoup d'autres aspects dans le "S" de sécurités. On doit donc parler de risques, de vulnérabilité, de surveillance, de prévention, de protection, de sûreté, de sauvegarde, d'interdiction, d'aménagement, etc... »

Il est donc primordial de lister les aléas et les enjeux de chaque problème et d'y trouver les solutions adéquates et réglementaires. Il faut s'organiser pour être prêt et c’est tout l’objet du PCS, réunir toutes les sécurités en un seul document opérationnel.